Archives Hebdomadaire

janvier 2016

Humain

Lettre sur papier de toilette

24 janvier 2016

A l’attention de monsieur Jacques Fournier AQDR

 

image

Un samedi, le monsieur de l’AQDR faisait une entrevue à Salut Bonjour. Le monsieur avec la petite barbe grise derrière sa fausse sagesse, c’est monsieur Jacques Fournier.
Il disait que les propriétaires des petites résidences pour aînés ne sont pas là pour faire de l’argent sur le dos des personnes âgées. Avec ses 96 ans, mademoiselle Monique la démêlée maîtresse d’école n’en revenait pas. Il parlait du règlement des gicleurs que le gouvernement impose à toutes les petites résidences au Québec. Il trouvait que le délai  de 5 ans pour l’installation était trop long
Le règlement…Sauf pour les petites résidences de 16 personnes et moins. Ah bon! Préparez-vous à voir pousser des petites maisons closes pour aînés dans le fond des campagnes. Ou dans les petites rues secrètes des villes. Passons sur celle-là. Toujours sans nuance ce règlement.
Mais je ne passerai sur ce que le monsieur Fournier a dit hier. Et je l’ai écrit sur le papier de toilette de madame Evelyne.
Regardez la video...Vous comprendrez.

 image

 

Humain

Ce n’était qu’un Rêve…

17 janvier 2016

image

J’étais sous  la douche quand j’ai décidé d’écrire un papier sur mon blogue inspiré par le décès de René Angélil.  Je chantais: S’il suffisait d’aimer. En fait. Je venais de regarder Grégory Charles dans sa nouvelle émission VIRTUOSE qui débutait vendredi dernier à ICI Radio-Canada.  A la toute fin de son émission, exceptionnellement et avec raison, Gregory a eu la bonne idée de réunir quelques artistes pour rendre hommage à René Angélil avec  la chanson S’il suffisait d’aimer.

Ensuite la douche. Qu’est-ce que vous pensez? Je fredonnais ce que je savais…

Ca me rappelait la fois ou j’ai été le plus proche de Céline Dion.  A la maison Symphonique de Montréal quand elle a chanté cette chanson-là avec les Petits chanteurs de Laval pour la Fondation du CHU Ste-Justine.  J’étais là.  Juin 2014. Nous savions à ce moment là que René Angelil avait appris une bien mauvaise nouvelle sur sa maladie.  Céline était plus fragile aussi.  J’ai été assez proche pour ressentir quelque chose.

S’il suffisait d’aimer- Version Concours et Maison Symphonique.

S’il  suffisait d’aimer.  C’était la première fois que j’écoutais cette chanson-là avec autant d’attention.  C’est une très belle ballade que Jean Jacques Goldman a composé pour Céline. Si vous n’aimez pas Céline. Sa voix et toute. Angélil. Vivant ou mort. Bouchez-vous les oreilles. Lisez juste les paroles. Sincèrement!

On ne peut pas dire que c’est pas beau ce texte-là.

J’ai du sang dans mes songes, un pétale séché
Quand des larmes me rongent que d’autres ont versées
La vie n’est pas étanche, mon île est sous le vent
Les portes laissent entrer les cris même en fermant

Si vous avez du temps, au lieu de chiâler et vous enrager sur le trop plein d hommages provoqué par la mort du méga gérant dans les médias, je vous ai mis le lien des paroles de la chanson  sur Internet. Cliquez ICI et ca va vous calmer. Collez-vous les pupilles sur les mots. Après ne lisez pas ce qui suit

image
Lire la suite

Culture

LE vieux fantasme des Belles Histoires

9 janvier 2016

 


Je confirme que j’ai un petit fantasme nostalgique sur Les Belles histoires des pays d’en haut de Claude Henri Grignon. Une réalisation de Bruno Paradis. Et les autres…
Je suis accro des décors en papier. De la fausse neige soufflée dans une porte en carton devant un paysage d’hiver peint sur une toile froissée. Epris aussi du trop plein de bourrure pour rendre parfaite la généreuse poitrine de la belle Artémise dans les bras de son Alexis. Estomaqué par la bedaine du bourru curé Labelle .  Son immense bedon en « foam » prenait naissance en bas de son cou!  Le Roi du Nord vivait avec son Dubouquet, son secrétaire chéri et plus que chéri quand vient la nuit:-) J’Invente là!
Lire la suite

Humain

Le talent ne se sépare pas

7 janvier 2016

image

J’ai toujours voulu écrire combien le talent de Marie-Mai et celui de Fred St-Gelais me fascinait. Mais ils sont séparés, alors je n’en parlerai pas…
Sauf que… Leur talent respectif ne s’est pas séparé d’eux. Alors j’en parlerai un bon jour!