Archives Hebdomadaire

mars 2017

Humain

Consentement préalable en cette journée d’anniversaire.

25 mars 2017

25 mars 2017
Lettre au docteur Barette
Monsieur le docteur Barrette,
Vous avez choisi la veille de mon anniversaire pour relancer le débat de l’aide médicale à mourir avec le consentement préalable. A mon âge… -58 printemps- Né le 25 mars- jour de l’Annonciation comme aujourd’hui -Ca dans la Bible, c’est quand le St-Esprit se serait faufilé dans la Sainte-Vierge- pour féconder Marie. Dans 9 mois- Jésus est né! Ca pas dérangé Saint-Joseph! Joyeux Noël!
Je disais donc monsieur le docteur Barrette
Le débat sur le consentement préalable de l’aide médicale à mourir m’interpelle.
Et me concerne. J’aime la vie. Et je veux la célébrer jusqu’au bout!
Voyez-vous.
Nous les hommes, l’espérance de notre vie se situe autour de 80 ans. Les femmes c’est 2 ou 3 ans de plus! Le fait que l’espérance de vie augmente ne signifie toutefois pas que toutes les années seront forcément vécues en bonne santé. En moyenne, les Canadiens peuvent s’attendre à vivre 70 années sur 80 en bonne santé »
Les Statistiques Canada à Justin  Trudeau m’apprennent ça.
Alors.
Si je me fie aux chiffres, il m’en reste 13 bonnes!
10 à risque! Le reste. Ca se peut.
Tant mieux si je pète le 100! Même si je répète.
Mais…Je vais répéter ce que j’ai déjà écrit!
Je commence déjà à répéter:-)
C’est pourquoi je tenais à vous envoyer mon statut-lettre.
Le voici monsieur le ministre. Merci

IMG_0459


Si un jour. Si. Mon corps est emprisonné dans la paralysie de l’Alzheimer
ou dans une maladie dégénérative incurable.
Quand mes yeux seront fermés dans le vide de tous mes jours.
Et cadenassés pour le restant de mes nuits.
Quand les dernières cellules de ma tête sècheront
dans le désert aride  de mon cerveau.
Quand je serai zombie parce qu’il
a fallu geler ma démence agressive
avec des neuroleptiques.
Quand il me faudra des pilules engourdissantes,
pour tuer mes nerfs empoisonnés,
dans un état grabataire.
Quand il faudra des tranquillisants forts
pour contrôler mes délires et
mes hallucinations folles; qui
feront peur aux petits enfants.
Quand je serai attaché sur une chaise gériatrique
parce qu’on croit
me stimuler devant
la fenêtre des arbres de mon printemps.
Quand je serai le dérangé en rangée avec les autres dérangés
dans
leurs chaises rangées devant
la fenêtre des arbres de mon été.
Quand je râlerai près de ma chum Marie-Louise
qui sile en berçant sa poupée Barbie,
devant la fenêtre des arbres de mon automne.
Quand le végétarien que je suis bavera « son manger mou « végé »
auprès de mon vieil ami Jeff. Son ami qui essaie
d’ouvrir  ses paupières collées,
dans ses yeux séchés devant
la fenêtre des arbres de mon hiver.
Quand je ne saurai plus les saisons de ma vie.
Quand je ne ressentirez plus la pluie.
Le soleil. Le vent et la neige.
Quand je serai ni heureux. Ni triste. Rien.
Et ni rien. Tout en respectant le choix de chacun.
Quand je serai INVIVANT.
Recroquevillé dans un lit
Aphasique. Incontinent.
Si je répond à toutes ces conditions.
Je vous prie de respecter ce consentement.
Alors après douze mois de ce périple inconscient.
Je vous demande de m’administrer
la douceur médicamenteuse
qu’il faudra pour que je m’endorme paisiblement.
Endormez-moi dans l’imagination du ciel
que je me dessinerai.
Je voudrai ressentir une vie en lumière de soleil.
En musique.
Et si je peux…
je vous promet de rire dans un rêve.
Et si je peux…
je vous promet de verser une petite larme…
Pour vous signifier que vous m’avez assez aimé
pour me laisser partir dans la plus grande dignité.
Je serai convaincu que j’honorerai mon humanité.
Parce que j’aurais choisi dans le bonheur d’aujourd’hui.
Le plus beau et le plus grand projet de ma vie:
Pour que ma fin de vie gagne sur ma mort sans fin.
Réaliser mon histoire jusqu’au bout.
Avec mes amours. Mes amis.
Mourir le jour ou je suis né.
Le jour de mon anniversaire. Un 25 mars.
Vous me chanterez Bonne fête!
Ou « c’est à ton tour…
De te laisser parler d’amour. »

Daniel

actualité

…un char de neige!

17 mars 2017

 

En mars. C’était en 1971. Je m’en souviens. J’avais pas encore 12 ans!
J’étais en sixième année. Ma maîtresse d’école, je l’aimais.
C’était Lorraine Gauthier!
Le 4 mars. C’était un jeudi.
Nous étions retournés chez-nous le midi.
Les chemins étaient « bouchés ben durs »
L’école avait repris uniquement le lundi suivant.
Dans la côte chez-nous.
Ca a pris un bélier mécanique pour ouvrir le chemin.
Mon père n’avait jamais vu ça de sa vie!
Des bancs de neige jusqu’aux fils électriques.
Je m’en souviens de la tempête du siècle!
Les vieux bonhommes comme moi, nous radotons souvent cette histoire-là,
à chaque fois qu’une grosse bordée de neige nous tombe dessus.
Comme hier.
Si je m’en rappelle…Montréal était jammé solide!
Tout le Québec était embourbé de neige. 17 morts.
Causés par des crises cardiaques surtout.
Personne est mort enseveli sous la neige. Personne.
En 1971, des motoneigistes des villages avoisinants s’étaient rendus dans la municipalité voisine de la mienne , Saint-Maurice, pour venir en aide à des étudiants poignés raide, dans leur autobus scolaire.
Transportés en lieux surs. Ils ont couché dans une salle paroissiale. Viré un party!
Des bénévoles se sont occupés d’eux.
Des gens ont été secourus dans les rangs.
La rue principale était crémée épais à la grandeur!
Je me rappelle les ski-doo Bombardier jaunes, les Snow-Jet bleus et le Snow-Prince brun comme celui de mon ami Yvan grondaient dans les rues!
Dans le temps…Ca n’existaient pas des mesures d’urgence.
Dans le temps…On s’embrayait rapidement sur le mode entraide.
On attendait pas personne pour se mettre à ON!

IMG_0413
Dans le temps…
Ou les prévisions météorologiques étaient loin d’être précises comme aujourd’hui.
Dans le temps où le 911 n’existait pas.
Dans le temps où le téléphone cellulaire, c’était un CB.
Dans le temps où Twitter n’était même pas un mot.
Le pigeon voyageur était un vrai oiseau!
Dans le temps où Facebook n’était même pas un spermatozoïde perdu dans la pensée de l’ancêtre de l’arrière-arrière grand-père, de l’arrière grand-père, du grand-père du père du fondateur de Facebook Mark Elliot Zuckerberg.
Dans le temps…
Du gros bon sens!
Dans le temps ou c’était impossible de concevoir que plus de 1000 personnes attendent 12 heures dans leur auto pour avoir de l’aide! 12 heures.
Dans le temps…
Ou l’on se fiait pas mal sur nous-autres pour s’aider.
Depuis…
On nous a désappris à réfléchir.
On nous a désappris l’urgence.
On nous a désappris à se fier à nous…
Hier. On nous a appris que le mode URGENCE venait de quelqu’un d’autre.
De quelqu’un qui venait pas.
D’une sécurité civile. D’une sécurité sans motoneige! Rien.
Personne en ski-doo tecnho-poignées- chauffantes! Machines sophistiquées!

IMG_0415
Personne ou à peu près personne pour aider 300 automobilistes.
1000 personnes emprisonnées dans la neige et dans l’inquiétude.
Pendant 12 heures. Faut que je le répète.
J’écoute mes nouvelles j’ai de la misère à en revenir.
Troublé. Je suis troublé.
Déçu.
Je suis déçu mesdames et messieurs les responsables
qui m’ont désappris l’urgence.
(Acte de se nourrir)…un char de neige!

C’était en mars 1971…
Hier nous étions en 2017.
Les chiffres 1 et 7 sont à l’envers!
A l’envers comme « toi-chose » hier.

Le 14 mars 2017
Triste.


 

IMG_0411

La 13 en blanc!

 

Ce serait un peu méchant de ma part d’en remettre une couche de plus.
Je pense bien que mon dernier statut est assez explicite.
Quand je serai vieux, vieux, je ne comprendrai toujours pas
le caca-fouillage de cette tempête de merde.
Heureusement. Mon premier ministre Philippe m’a un peu apaisé aujourd’hui,
quand il s’est excusé quand même… Et je suis sérieux.
Il a été beaucoup plus honorable que
le ministre des transports mésadaptés
et le ministre de l’insécurité civile qui devraient se retirer tous les deux, comme ministre.
Ils n’ont pas été à la hauteur. C’est tout.
Pour ce qui est des enquêtes et du reste à venir,
ça me laisse complètement indifférent.
On va refaire nos grandes politiques d’urgence.
Ca va être beau!
Avant qu’une gaffe blanche de même arrive, nous allons avoir le temps d’oublier le principal!
Le Gros bon Sens! Jamais écrit dans rien.
Disparu depuis qu’on se pense fin!

Je félicite les pompiers de Montréal qui ne faisaient pas partie du jeu de fous et qui sont sortis
avec l’urgence dans le coeur!
Et quelques bons samaritains qui ont été là.
Je vous dis merci.
Le reste!
Allez-y! Accusez-vous les uns les autres.
Il faut dire que vous n’avez pas été chanceux.
Tout ça est tombé sur une autoroute
avec un numéro malchanceux.
Je ne vois pas d’autres explications.
La 13! Y’a de la sorcellerie dans son histoire.
Les gens incarcérés dans la tempête ont attendu 13 heures.!
C’est à cause du chiffre 13; le numéro de cette autoroute!
Des lettres blanches…Comme la neige en plus!

Humain

Les autruches des réseaux sociaux.

4 mars 2017

 

Dernière demande d’amitié sur ma page Facebook!
Quelqu’un qui ressemble à une autruche! Ca va bien!
« Ben oui! Je vais te confirmer ça. L’épais est en train de réfléchir. C’est samedi.  Il analyse l’élégance de ton cou. Il frémit juste à regarder ta bouche sexy et tes séduisants poils! Une amie comme toi… Ca fait longtemps qui attend ça le gars en habit propre dans le coin en haut de sa page Facebook.
Hier, quelqu’un qui ressemble à un chien enragé,
s’est faufilé sur ma page
suite à un statut qui ne faisait pas son affaire.
Elle s’est mise à m’insulter parce que je trouvais que le numéro d’ouverture
du dernier Beau Programme mettant en vedette Véronique Cloutier,  était bon?
Là, face de chien, (trop pisseuse pour mettre sa vraie face) s’est mise à cochonner
tout ce qu’elle pouvait dire sur #VéroniqueCloutier
J’avais pourtant écrit que je voulais rien savoir des insultes dans mon statut.
Elle n’a rien compris face de chien!
Avant de tirer sur sa chaîne de merde, je lui ai dit:
-« Aye face de chien, regarde-moi bien, parce que tu vas disparaître de ma page!
Choquée! Elle me traite alors de Face de Rat!
-Je me suis regardé. Est-ce que je ressemble à un rat?
-Non. Je ne pense pas encore…
Ainsi j’ai fait disparaître Face de Chien…

IMG_0294
Ensuite.
J’ai demandé à mes amis Facebook de faire disparaître de leur page Facebook cette face de chien,
la folle faufilante canine!
Puis j’ai suggéré à mes amis de faire un petit ménage des faces douteuses dans leur liste.
Est-ce que ça se peut que depuis un certain temps,
des drôles de formes humaines pullulent sur Facebook?
Quand c’est pas un chien. C’est une chatte aux yeux bleues. L’autre jour, j’ai aperçu un paon de Paris!
Y’a aussi beaucoup d’espèces humaines dont la poitrine de très Grosses-choses peut faire exploser l’écran de mon Ipad!
Ca vient d’où ces affaires-là?
Existe-t-il une sur- production d’imbéciles sans cerveau ces temps-ci sur les réseaux sociaux?
Je sais que des imbéciles avec des morceaux de cerveaux qui ressemblent à des humains peuvent se glisser…
Mais des imbéciles vides? Comme des têtes d’œuf!
Est-ce qu’on peut s’entendre pour faire disparaître ça?
Autruche, je te supprime!
Toi aussi Lidia Grosses-Choses!

actualité

Le Crucifix du mercredi des Cendres.

2 mars 2017

 

Bon maintenant que le fameux délicat crucifix,
O miracle!
Qu’il est revenu au-dessus du bouton de l’ascenseur de l’hôpital Saint-Sacrement.
Le Québec respire mieux!
Vous m’expliquerez un jour ce que je ne comprends pas…
Pourquoi il a été enlevé?
Mais aussi…
Pourquoi il est retour?
Je ne suis pas contre. Je veux juste savoir pourquoi tout ça?
Est-ce une raison historique? Patrimoniale? Religieuse? Politique? Identitaire?
Aujourd’hui dans ma radio, l’animateur Robert Pilotte se réjouissait enfin, du retour du crucifix sur les murs de l’hôpital Saint-Sacrement.
« Le crucifix c’est un artéfact »
dit-il mon cher animateur sur les ondes du l06,9 Mauricie.
Artéfact? Symbole historique? J’ai réagi.
Il a dit tout haut ce qu’une bonne majorité pense tout bas.
Mais .
C’est quoi la signification d’un crucifix? De La Croix?
Si ce n’est pas un symbole religieux avant tout.
Un symbole de dévotion.
Entendez-moi bien.
J’ai rien contre le retour. Mais le retour de quoi?
Ca nous questionne bien plus qu’on pense?
Ben c’est ça.
Questionnons-nous sur la vraie raison de son retour?
Je ne suis pas bien d’entendre dans la même phrase:
« Le crucifix, c’est notre patrimoine! »
Eh…
Est-ce qu’on se bat pour le signe de La Croix ou pour le signe du patrimoine?

IMG_0286

 

UN crucifix,
c’est un Jésus cloué sur une croix; un vendredi saint!
Il va sortir d’une grosse grotte!
C’est le samedi saint.
Comme le jour ou j’ai été baptisé.
Thomas, un disciple,
va mettre ses doigts dans les trous des mains crucifiées de Jésus.
Parce qu’il ne croit pas ce qu’il voit! D’où l’expression:
« T’es donc ben Thomas?  »
Pour dire à quelqu’un qui ne veut pas te croire sur parole?
Le dimanche de Pâques, le Jésus va ressusciter d’entre les morts!
C’est pour ça le Jésus- Christ!
Désolé aussi.
Le crucifix ce n’est pas la marque d’une congrégation religieuse non plus.
Le crucifix c’est le symbole de la religion catholique.
D’une pensée spirituelle ancrée dans le coeur des croyants.
Encore une fois. J’ai rien contre les crucifix.
Et tout ce que ça peut se représenter pour chacun et chacune.
J’ai été élevé avec tout ça.
Et aussi avec toutes les bonnes et les fausses légendes
racontées autour des écritures de la Bible.
Il y a des choses que je respecte beaucoup
dans cette grande histoire spirituelle remplie d’humanité.
Mais ce n’est pas vrai que la définition d’un crucifix se définit simplement avec nos grandes explications patrimoniales savantes et purement politiques.
Pire encore! Pour illustrer notre pure identité québécoise?
Pour ceux qui pratiquent fidèlement la religion catholique,
c’est beaucoup plus qu’un signe identitaire un crucifix.
Et je respecte ça. Pour eux.

A Crucifix hangs on the wall above Quebec Legislature Vice-President Marc Picard at the Quebec legislature in Quebec City, Thursday May 22, 2008. The crucifix in Quebec's legislature should be moved to a museum to embrace “open secularism” and reach out to minorities, says a much-hyped report looking at ethnic tensions in the province. THE CANADIAN PRESS/Clement Allard

Je trouve que la place du crucifix dans les endroits publics provoque des batailles qui ne correspondent pas au message d’amour qu’on m’a enseigné avec ce symbole.
Si c’est pour faire de la chicane, je préfère qu’on retire les crucifix dans les endroits publics.
Si Jésus revenait sur la terre. Disons…
Je pense qu’il préférerait de beaucoup qu’on mettre en pratique certaines de ses paroles bien plus qu’on se questionne sur la valeur patrimoniale de sa croix.

A la place de tous nos crucifix ces temps-ci,
on devrait peut-être écrire en grosses lettres
en haut de tous les boutons des ascenseurs du Québec.
« Aimons-nous les uns les autres »
On devrait se battre pour s’aimer ensemble.
Au lieu de se crucifier les uns les autres
comme on le fait depuis un bout temps…
au nom de je ne sais pas quoi!
En ce mercredi des Cendres!

Photo Journal de Québec.