Tous les publications de

Daniel Brouillette

Humain

Une coccinelle pour elle

8 octobre 2021

Chère Gaétane,

Je vous écris un petit mot au gros soleil de mon automne charmant ici. Je ne sais pas si je peux encore écrire cela. Mais quand j’étais petit, ce moment d’automne chaud, quand le soleil pétait dans UN ciel bleu d’octobre, on appelait ça « l’été des Indiens ». Je suppose que prochainement, ce concept va disparaître pour nommer ce temps ensoleillé; l’été des I. Pour ne pas que quelqu’un trouve le moyen de dire que j’alimente le racisme systémique.

En fait Gaétane. Je vais vous épargner votre nom de famille.
Sincèrement. Je pensais que vous n’existiez pas pour vrai quand j’ai lu votre message sur votre compte Twitter ce matin. Après vérifications sur Facebook, je vous ai aperçue. Vous êtes une vraie personne dans ce monde virtuel un peu pas mal chaviré ces jours-ci!

Gaétane. Sur Twitter, vous répondez à quelqu’un. À la question suivante:
Pourquoi le motif religieux est valable à quelqu’un qui ne veut pas se faire vacciner? La question fait référence à la vaccination obligatoire de tous les fonctionnaires fédéraux, annoncée hier, par le premier ministre Trudeau.

Et votre réponse est la suivante;

Si ce n’est pas le cas, corrigez-moi. Je vais retirer ce statut.
Alors Gaétane, vous répondez ceci:
« Parce que les vaccins contiennent des tissus de Fœtus. Le pape Francois a donné la permission aux catholiques parce qu’il est avec les mondialistes et il est un faux pape.

Et vous en rajoutez une couche…

« …et il est au service de Satan »

Gaétane j’ai une question pour vous?
Est-ce que ca va bien?

Je vous invite chère Gaétane à respirer l’air frais. À faire comme moi. Regarder les arbres orangés ce matin. Écouter le chant des outardes qui égratignent le bleu. Mieux encore! Admirer les centaines de coccinelles qui se collent à nos maisons.
Je ne savais pas ça. Mais dans le langage courant, on appelle aussi la coccinelle « bête à bon Dieu ». Elle est la meilleure amie des jardiniers. Les anciens prédisaient du beau temps quand elles volaient. « Et surtout, parce que, selon une légende remontant au Moyen Âge, elle porterait bonheur. »

Je pense bien aussi que les coccinelles « bêtes à bon Dieu » se foutent pas mal de Satan. Vous valez plus qu’une coccinelle Gaétane?

Essayez la paix sur le bout de votre pensée.
En tout cas Gaétane.
Je vous offre une coccinelle de bonheur!

Humain

Alerte de santé mentale

8 octobre 2021

J’étais en direction de Montréal quand j’ai appris en direct le retrait de Carey Price. Le gars a décidé de prendre soin de lui. Éclipse médiatique totale! Même une alerte Amber est passée deuxième dans l’émission spéciale du 98,5. Il a fallu attendre 25 minutes pour qu’on revienne sur les deux enfants enlevés par une maman en Estrie!
Éclipse tu dis!

Mais revenons à Carey Price. J’ai beaucoup de compassion pour le gardien des canadiens. Mais voulez-vous bien me dire pourquoi nous avons tant hésité à parler de « la santé mentale » dans cette conférence de presse. Sujet trop tabou?
J’étais sans connaissance à entendre Bergevin ne rien dire. Et encore plus après. Quand le commentateur Dany Dubé se scotchait la bouche au gaffer tape, pour ne pas prononcer les mots « santé mentale » dans son échange avec l’animatrice Nathalie Normandeau. Voyons!

Alerte Amber! Deuxième alarme dans mon automobile.
Pas un mot encore sur l’enlèvement!

La conférence de presse se poursuit…
Pourtant ,nous disions bien que le gardien a bien intégré le programme d’aide aux joueurs. Ça doit être pas mal pour l’aider à soulager son mal. Pas pour l’aider à jouer aux cartes hein?
Et l’épouse du joueur vedette a mentionné sur Instagram ce matin, que son chum souffrait de maladie mentale. Y’a plus de honte à dire ça.
BELL-CAUSE POUR LA CAUSE!

C’est quoi votre problème les gars du CH? Et vous Dany?
Mais qu’est-ce que ce boys-club n’a pas compris ce matin?
Bergevin pleure! Normal. Il est bourré dans ses émotions le gars!

Ensuite. C’est l’animateur Luc Lavoie, la voix d’outre-tombe, qui essaie de faire dire à l’autre, ce serait quoi la cause de la maladie mentale du gardien de but. Aye! Voulez-vous vous la fermer?

Laissez-le tranquille Carey! Taisez-vous.
Faite juste nous dire que Price fait une pause santé si vous voulez camoufler maladroitement la maladie mentale; le mal qui fait mal dans l’âme. Même quand tu as beaucoup d’argent et que tu es un des meilleurs gardiens de but au monde!

Alerte DE SANTÉ MENTALE ce matin!

Humain

La promesse de 2 milliards; mirage électoral.

25 août 2021

Je ne suis pas un grand fan de Justin Trudeau, mais sa promesse de planter deux milliards d’arbres à la dernière campagne électorale m’avait un peu séduit. Je trouvais qu’il s’agissait là d’un grand pas pour soulager un peu la crise climatique qui nous frappe de plein fouet actuellement. Pour une fois aussi, je trouvais que nous promettions un cadeau intelligent à la terre de notre planète. Créer un gros poumon vert pour oxygéner notre coin du monde.

La terre. En plus de la nourrir de nos maudites cochonneries, nous crachons nos menteries dessus. Et pourtant, lui faire voir les racines de deux milliards d’arbres s’avérait une sacrée de bonne idée. Me semble que nous aurions débuté une vraie relation d’amour avec elle! Mais bon… Il y a eu la pandémie et la grande promesse des 2 milliards de Justin est tombée à l’eau!
Pauvre gars.

Tu imagines rien qu’un peu. Si pour obtenir la PCU, on t’avait demandé avant, de donner une journée de ta vie pour aller planter quelques centaines d’arbres pour la planète! Si nous avions réalisé ensemble ce grand jardin pour nous rappeler cette catastrophe sanitaire et humanitaire que nous continuons de traverser. Et dans une chaleur accablante ces temps-ci qui nous rappelle l’urgence d’agir.

Je peux comprendre que nous étions tous occupés à gérer les masques et les vaccins. Mais la promesse des deux milliards d’arbres fera partie du flot de mensonges que les campagnes électorales nous affligent. Un soir, en direct sur mon quai, je pensais que la nouvelle génération avec Justin en tête était moins menteuse que la mienne! Non.

La promesse des deux milliards.
Un autre beau mirage électoral!

actualité Humain

Lettre à mon grand-père

7 août 2021

Mercredi 17 septembre 2042

Cher grand-papa,

J’espère que ca va bien.
Et que tu prends toujours bien soin de Stella, ton perroquet.
L’oiseau que tu as acheté après le décès de grand-maman.

Tu lui as donné le nom de grand-maman pour te souvenir d’elle.
Tu te sens moins seul. Tu peux jaser avec ta Stella!

Je t’envoie ce message via mon Graphorobo. Graph! Pour les intimes. Branché sur notre WIFI NitroQuam, il capte ma pensée. Corrige mes imperfections de langage et suggère des figures de style quand j’écris! Il imprime ce que je pense et me suggère même des interrogations. Génial!

Grand-papa. Comme tu sais, j’ai débuté mon université primaire depuis 2 semaines. Dans mon cours des langues anciennes, madame Katsitsano’ron nous a demandés d’écrire une lettre en langue française. Comme dans votre temps. Le français écrit est disparu depuis belle lurette, mais bon. C’est toujours utile de s’en rappeler un peu pour connaître l’évolution de cette langue que nous ne pratiquons plus.
En plus. C’est un devoir qui va compter à la fin de mon bacc élémentaire. Je vais m’appliquer.

Aujourd’hui dans notre cours HISTORIQUE 2000, le professeur nous a parlés de la grande pandémie des années 2020. Dans ton temps! Dans ton ancien temps! J’ai pensé t’écrire là-dessus.

Monsieur Moutani-robot45, nous racontait qu’au début du 21e siècle, notre monde avait vécu une grave pandémie. Et qu’il a fallu deux vaccins et même trois pour enrayer ce fléau mondiale. Il nous disait qu’une faible partie de la population avait hésité à se faire vacciner. De ces gens-là, il y en a qui croyait que le vaccin était une invention du diable. Mauvais. Et qu’il pouvait contenir une espèce de puce électronique insérée à l’intérieur, pour diriger toute la population de la terre.

Je ris fort grand-papa! La marijuana n’était certainement pas de bonne qualité dans votre temps pour qu’ils arrivent à des conclusions de vers de terre comme ça.

Ils pensaient même que la pandémie était une invention des gouvernements de la terre. Que le virus avait été inventé pour éliminer la population la plus faible comme les vieilles personnes malades. Ou les handicapés. À cause de leurs doutes, l’éradication du virus avait été très difficile. Et qu’en dépit de tout ca, des gens mouraient. Et même des jeunes de mon âge y auraient laissé leur peau à cause d’un variant mortel à la 5 e vague. Parce qu’il y aurait eu jusqu’à 5 vagues de la COVID-19 avant que ce virus disparaisse pour de bon; et que la population retrouve une vie plus normale.

Pas croyable grand-papa que tu aies vécu tout ça. Comment avez-vous fait?

Graph ne veut pas que je te pose cette question-là. Il pense que je te mettrai mal à l’aise. Mais je veux te la poser quand même.
Dis- moi grand-papa?
Toi, est-ce que tu t’es fait vacciner dans le temps?

Maman me dit qu’elle ne le sait pas.
Elle m’apprend aussi que grand-maman que je n’ai pas connue, serait décédée dans ces années-là.
Maman me dit que c’est suite à une très mauvaise grippe.
Grand-papa…
Tu veux me parler de grand-maman Stella un petit peu ?
Pourquoi elle est morte grand-maman Stella?
Certainement pas à cause du virus hein?
Parce que j’imagine que tu étais vacciné grand-papa?

Si tu peux me répondre grand-papa,
Graph traduira ta lettre pour que je puisse la lire.

À bientôt grand papa!
Hâte de revoir ta belle Stella!

Leinad, ton petit fils.

actualité Humain

La guêpe et le taon

27 juillet 2021

Conte interdit.

LA GUÊPE ET LE TAON

Il était une fois une guêpe et un taon qui avait décidé de s’envoyer en l’air dans un jardin idyllique de la Suède. Un taon pas plus beau qu’un autre taon. Juste plus fanfaron que les autres!
Et la guêpe. Une reine!
Une taille de rêve pour faire raidir le dard d’un taon le plus ordinairement beau du monde. Cela dit. Ils ont eu beaucoup de plaisir . Un sur l’autre. Lui derrière elle. Kamasutra d’insectes consentants dans le fond du jardin d’Eden.

Dans ce merveilleux monde des taons et des jeunes guêpes, les sensations cellulaires existent. Les insectes émettent des ondes avec les battements de leurs ailes.
C’est avec ça qu’ils communiquent entre eux. Ils fabriquent même des images qu’ils échangent parfois. Comme les humains le font quand ils demandent la permission.
Mais comme chez les humains aussi. Il existe des mâles « taons cons ». Des taons qui se servent de leurs sensations cellulaires pour capter leurs prouesses sexuelles.
Puis. À l’insu de leur partenaire.
Ils font parvenir les clichés interdits et intimes à leur colonie de taons-tons.

C’est ce qui est arrivé dans ce conte interdit.

Ah! La guêpe ne reniait pas du tout le plaisir qu’elle avait eu avec le jeune taon. Mais la pauvre. Elle ne savait pas qu’une photo d’elle, circulait dans tous les jardins privés de la forêt.

Ainsi. La photo interdite voyageait sur les réseaux sociaux des bibittes.
Pensons que des taons expulsaient leur venin en regardant le cliché de la belle nue.
Se faisant des commentaires entre eux.
Sur la taille de la belle reine en devenir.
Et sur ses deux grosses glandes de chaque côté de son corps.
On ne sait pas tout ce que les taons racontaient… Mais.
Mais entre eux, imaginons qu’ils silaient les affaires les plus cochonnes.
Et souvent les plus dégradantes sur la jeune guêpe.

Puis le jeune taon s’est fait prendre les ailes baissées.

Il a avoué sa faute. Accusé.
La guêpe voulait lui arracher le dard du ventre tellement elle était en colère.
Le taon regrettait tellement d’avoir fait ça. Lui qui était vu comme un insecte bien élevé. Un taon en forme. Un sportif de première classe dans son nid!
Il l’a juste échappé cette fois-là. Jeune écervelé dit-on.
Il s’en voulait tellement d’avoir commis ce crime-là.
Un crime oui! Dans le monde des insectes, ça ne passe pas!
C’est vrai. Il y a des guêpes qui se sortent du piège souffrant de la honte.
Mais Il y en a d’autres qui ne s’en sortent jamais.

Dans cette histoire , la guêpe est devenue tellement triste quelle a perdu toute confiance en elle.
Elle a perdu sa taille de guêpe tellement elle bouffait de rage, ses émotions dans les jardins de la ville.
Elle ne s’aimait plus.
Et quand on ne s’aime plus chez les guêpes, on n’aime plus nos semblables.
Comme chez les humains, il arrive de se dévorer les uns les autres.
Mademoiselle n’avait même plus le goût de manger les insectes nuisibles.
De travailler le jour, pour éliminer les pucerons.
Elle n’envisageait même plus d’être la reine de sa colonie.
Elle s’est mise à détester toutes les guêpes du jardin.
Méfiante. Elle craignait les insectes mâles comme la peste.
Croyant qu’elle pouvait se faire avoir une autre fois par un bourdon malicieux.
Ou un autre taon con.
Ne voyant plus rien de bon autour d’elle.
La guêpe s’est mise à vrombir juste de l’anxiété.
Espérant même que l’hiver arrive au plus vite pour enfin mourir.
Parce qu’elles meurent les guêpes en hiver.

Dans cette histoire, le taon lui , espérait que le temps arrangerait les choses.
Surprise! Il a été repêché dans un jardin botanique de Montréal. Un chef-bourdon zélé, a cru que c’était une bonne idée de le choisir immédiatement dans leur maison.
Avec cet argent, promettait-il, le taon pourra se payer les meilleurs bourdons et libellules thérapeutes pour guérir ses pulsions. Et pour apprendre aussi à se pardonner.
Puis un jour.
Derrière une baie vitrée, les visiteurs le regarderont et admireront ses performances d’insecte-athlète.
Tout le monde l’applaudira comme une vedette.
Il sera devenu un bon taon.

Et c’est ainsi que se termine le conte interdit de la guêpe et le taon.

Mais…
Il était une fois une guêpe…

Humain Humain

Une Pâques d’amitiés

4 avril 2021

C’était il y a un an.
Quand la pandémie nous renfermait dans nos maisons à la Pâques de 2020.
Et que dans les maisons et les salons, les gens se sont mis à chanter pour remplir leurs vides. Ou pour combler des solitudes et raffermir des liens. Nous ne savions pas à ce moment là que nos amitiés allaient être encore encastrées un an plus tard.
Au début de la pandémie. Les chorales fleurissaient sur la toile du web.
Des artistes et des musiciens harmonisaient les plus belles chansons d’espoir et de solidarité. Des artistes composaient du courage.
Un an plus tard…Nous célébrons Pâques dans nos maisons. Dans nos bulles.
Sans nos proches dans nos cuisines. Sans nos amis à la cabane!
En attendant l’Alléluia de la fin. L’espoir d’une résurrection!

Il y’a quelques semaines, Odette, une professeur à la retraite a invité un groupe d’amis à chanter L’Amitié de Francoise Hardy. Un camarade du rang des Chutes a gratté sa guitare. Un autre de la rue de l’église a posé ses mains sur son orgue. Même le maire du village a sorti sa 12 cordes! Et tout doucement, j’ai flatté les notes de mon piano pour accompagner avec eux, des voix qui provenaient des 4 coins du village.
Puis. Gilles le spécialiste des montages a attaché l’amitié! Un petit groupe se rappelait de la Solidarité qui a créé cette amitié dans les années 80.
Cette solidarité qui aura été pour Saint-Narcisse, une des plus belles pages de son histoire…C’est connu ça.

Oui la solidarité, si essentielle dans ce qu’on traverse présentement.

En cette journée de Pâques, j’ai pensé vous offrir L’Amitié interprétée en toute simplicité, par des camarades de mon village. Avec toutes nos imperfections en plus. Mais je voulais surtout nous rappeler que notre solidarité si fragile soit-elle, est tellement essentielle pour traverser cette crise.
Et que l’amitié, si imparfaite soit-elle parfois, est drôlement nécessaire dans nos vies.

En cette journée de Pâques si spéciale dans cette époque, je nous souhaite de resserrer les liens. Et de rêver comme moi, à cette grande chaîne d’amitié que nous formions, quand nous étions des enfants dans la cour d’école.

Je vous souhaite tiens, une Pâques d’enfant! Une Pâques d’émerveillements!
Une Pâques d’amitiés. De solidarités. Et d’inattendus…

Joyeuses Pâques à vous tous!

À vous-autres les voix de l’Amitié: merci Odette, yves, René, Kim, Danielle, Gilles Brouillette Diane, Nicole, Jocelyn Nicole Cossette Brouillette Marjolaine Baril-LafranceMyriam, Judith, monsieur le Maire, Guy Veillette
À toi Pierrette Trudel et à toi Jeannot.

actualité

La journée du lendemain de la journée de la femme

10 mars 2021

La journée Internationale du droit des femmes est passée. Bon! Cette journée-la est née il y a 100 ans. Comme elles en ont fait du chemin les femmes, depuis…
Depuis! Comme si c’était délivrant de se dire que la condition féminine a évolué!Que le fossé de l’inégalité entre les femmes et les hommes rapetisse! Et que nous les gars, nous avons à se péter les bretelles pour ça je suppose? Parce que, nous aurions contribué à laisser plus de place pour qu’elles évoluent les femmes. Nous comprenons plus.
Parce que notre mentalité masculine a évolué! Je me tords moi-même en écrivant ça.

Évolués oui.

Ils ont tellement évolué les hommes. Tellement depuis les hommes de cavernes! Que les poilus ont oublié qu’ils ont été formés dans un utérus et portés par une femme! Les tatas inguérissables aux odeurs préhistoriques vous diront que les femmes ont dû être fécondées par un homme avant! La théorie des tatas-sapiens reposerait sur l’œuf ou la poule pour expliquer leur priorité dans l’évolution humaine!
Tata dans le noeud du nombril jusqu’à la mort.

En ce lendemain de la journée des femmes, je me suis dit tiens: C’est le temps d’en parler de la journée d’hier! Personne va lire ça avec grand intérêt. C’est passé! On fait juste ça souligner!
Avec nos grandes réflexions et nos garderies qui manquent de places.
Avec toutes ces éducatrices mal payées!
Avec nos grandes réflexions et les maisons pour femmes battues qui manquent d’argent. Et son personnel féminin sous payé.
Avec nos grandes réflexions et ces femmes qui gagnent toujours moins que les hommes! Avec nos grandes réflexions et ces femmes en grande majorité qui torchent à pas cher les hommes dans les CHSLD!
Les soldates de la pandémie que nous devons saluer!
Avec nos grandes réflexions et nos belles pensées pour ces femmes qui sont toujours plus des éducatrices dans les écoles.
Des mamans à la maison. Des dévouées. Des épouses. Des amantes.
Et parmi elles, des battues. Et des tuées.
Toutes ces femmes mal rémunérées que je n’ose nommer.
Ben oui…
La journée du droit des femmes existe pour nous donner bonne conscience.
Pour permettre à certains politiciens d’énoncer des galants témoignages spinnés dans nos médias.

Les plus féministes mâles dénoncent fort!
Ils souhaitent l’égalité et reconnaissent les injustices. C’est beau les gars.
Mais Daniel . Il faut oublier la création d’une charte universelle du droit internationale des femmes. Les femmes ne peuvent pas avoir les mêmes droits dans tous les pays du monde! Le voile. Sans voile.
Les religions. Oui les religions.
À Rome, une femme ne sera jamais Pape!
Et dans de nombreuses régions du monde, une femme ne peut pas sortir sans le consentement du mari.
Juste d’écrire ça.
Ca résonne toujours…le temps des hommes de cavernes!

Le lendemain de la journée Internationale du droit des femmes devrait nous rappeler que la veille, il s’est rien passé de grand.
Que nous oublions encore et encore…
Que les hommes ne seraient jamais sortis du ventre des femmes si elles n’avaient pas poussé!

actualité Humain

La graine qui tue

10 mars 2021

Faut pas juste se parler les gars.
Faut s’examiner le sac pour savoir s’il n’y pas quelque chose de trop pesant dedans!
En attendant le prochain drame, parce qu’il y en aura un autre…
Parlons nous du pouvoir de la graine qui pousse l’amour malade, à tuer une femme!

En attendant le prochain drame, parce qu’il y en aura un autre…
Et parce que les maisons pour femmes battues, tristement débordent.
Le premier ministre Francois Legault a débuté son point de presse dernièrement, en nous interpelant, nous-autres les gars, sur la violence conjugale. Il faisait référence au drame de trop, qui a eu lieu dans la petite municipalité de Ste-Sophie. Encore une maudite fois, un gars violent dans la tête et jaloux dans le sang, a vargé mortellement à grands coups de hache, sur son ex et sur son ex-belle-mère.

L’heure devient toujours plus grave après le dernier drame.

Toujours plus grave que le dernier. Le premier ministre demande, à nous-autres les gars, de se parler pour que ça arrête. Y’a même une campagne promotionnelle qui tourne dans les télés et les radios. « Les gars, faut que ça arrête! ».
L’autre soir je regardais la troublante et prenante télésérie Toute la Vie à Radio Canada. Une jeune fille de 16 ans, enceinte, venait de manger une volée par son tordu de chum de 18 ans, les yeux affilés comme des couteaux de boucherie pour la posséder. Ne pouvant pas vivre sans son amoureux violent, Daphnée quitte la résidence pour jeunes filles enceintes, ou elle était en sécurité, pour se retrouver dans les bras du gars au regard de lames affilées!

Je regardais cette émission-là et j’ai dit à Claire: « On imagine encore en 2021, des jeunes gars frapper et tuer leur blonde! »

Mais, ça vient d’où cette violence-la?

Je me suis un peu perdu dans ma tête à me demander si il n’y avait pas quelque chose qui ferait détraquer le cervelet mâle par un gêne défectueux, agissant dans la graine de certains gars.
La violence masculine ne peut pas être juste éducationnelle. Générationnelle. Émotionnelle.
Elle doit bien venir de quelque part cette rage masculine de tuer les femmes.
Est-ce que la violence serait comme la rage, transmissible?
Est-ce que la violence masculine a quelque chose à voir avec le pénis?
Aurions-nous quelque chose dans les testicules qu’il faut traiter? Y’aurait-il dans la poche de certains gars, une sorte de levure de jalousie qui pousse à l’agressivité?
Il vient d’où ce pouvoir de détruire une femme?

Tant de questions…

Faut pas juste se parler les gars! Faut s’examiner le sac pour savoir s’il n’y pas quelque chose de trop pesant dedans! En attendant le prochain drame, parce qu’il y en aura un autre…

Parlons nous du pouvoir de la graine qui pousse l’amour malade, à tuer une femme!

La question: Es-tu un homme malade? Malade de la graine qui tue!

Humain

Il est mort le cueilleur d’eau

18 janvier 2021

Le souffle court! Pas à cause de la maudite covid qu’il craignait comme la peste. Non, en raison d’une sournoise pneumonie qui l’a traquée juste avant le temps des fêtes. Et malgré sa crainte de se retrouver à l’hôpital ces temps-ci, il a bien fallu se rendre à l’évidence. Se résigner, il faut apprendre ça aussi quand on vieillit.

Monsieur Jean-Marie est revenu à la maison, deux jours avant Noël.
Avec encore quelques reliquats d’une pneumonie sur ses poumons de 93 ans. Confiné en plus dans son appart pour les 14 jours. Jour de Noël et jour de l’an inclus! Triste à mourir, je vous entends.
Vous dire combien il avait hâte de sortir de sa chaumière.
Mais son souffle trop court escamotait encore des mots quand il parlait.
Sa respiration sifflante inquiétait.

« Regarde, j’ai sorti ma canne. Je pensais jamais me servir de ça »
Il me dit ça, avec l’espace d’un sourire dans ses lèvres
et des yeux trempés dans sa sage émotion.
Et la journée même. Avec la confiance de Claire , l’ange de nos beaux vieux,
il décidait ensemble, qu’il valait mieux…hélas et malgré, retourner à l’hôpital.
Pour ne pas mourir étouffer.
Parce que ça, étouffer, ça doit être bien plus terrible que simplement mourir…

À chaque printemps, Jean Marie entaillait ses 4 érables dans le jardin. À chaque saison, quand le soleil réchauffait le pied des arbres à sucre et que la sève montait, monsieur Jean-Marie chaussait ses bottes de caoutchouc. Il partait avec la perforeuse et ses chalumeaux pour aller trouer les érables.
Il savait à part ça, quelles érables il fallait chatouiller
pour leur donner l’envie printanière de couler!
Les plus généreuses!
Les plus amoureuses du soleil du jour et de la gelée, la nuit.
« Celle-là, je l’aime » disait-il en souriant le sucrier de nos beaux vieux!

En cette journée de grosse neige, il est mort le cueilleur d’eau d’érable.

Je vous écris ça avec du chagrin dans les mots.
Mais il faut dire qu’ici…
Ici, on l’apprivoise le chagrin quand le chagrin
c’est pour le mieux pour nos « beaux vieux. »
Et pour monsieur Jean-Marie, son départ aussi rapide, c’est une bonne nouvelle! Partir quand la vie nous fait le cadeau de ne pas pâtir. C’est mieux.
Au jour de l’an, quand nous nous sommes dit « Bonne Année »
dans le cadre de la porte…Il restait la santé à nous souhaiter.
La santé…
Puis avec des mots francs comme du bois d’érable il dit:


« C’est le début de la fin Daniel .
Les clés de mon auto sont dans mon manteau.
Et j’ai du bon sucre à la crème pour Claire et toi dans mon frigo…
»


Un poème comme ça le premier jour de l’année, c’est beau!
Surtout quand il s’agit des derniers plus beaux mots entre deux amis…

Au printemps de la Covid.
Le cueilleur d’eau a entaillé ses érables une dernière fois.
Quand viendra le nouveau temps des sucres après l’hiver.
Le temps d’un meilleur printemps pour nous tous. Sans la peur, espérons-le.
J’entaillerai les 4 belles généreuses du jardin et nous lèverons un verre à la mémoire du cueilleur d’eau d’érable. Et jusqu’à la dernière saison de notre vie, quand viendra le temps des sucres, nous penserons à ce petit bout d’homme extraordinaire.
À ce géant brillant et ce goûteur à fond de la vie.
À cet ingénieur et « patenteux » chez Bombardier.
À ce dévoreur de bouquins jusqu’à mon Dernier Je t’aime qu’il a lu sur sa musique classique. À cet amoureux du Québec.
Ce défenseur de sa langue et de notre culture.
À cet autre bâtisseur qui s’en va…
À monsieur Jean-Marie…le cueilleur d’eau, l’ ami des érables.

Tendresse à ses deux enfants. Sa famille Massicotte.
À sa compagne de table, mademoiselle Monique.
Comme il devait rester dans sa chambre, il avait demandé à la cuisinière de livrer à la centenaire, une carte de souhaits le jour de son 101e anniversaire.
Il savait créer des liens ce cueilleur d’eau sucrée.

Le cueilleur d’eau d’érable, Jean-Marie Massicotte, décédé le samedi 17 janvier 2021 à l’âge de 93 ans. Il résidait à la Villa Saint-Narcisse.


Warning: Use of undefined constant home - assumed 'home' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/customer/www/danielbrouillette.com/public_html/wp-content/themes/rosemary/footer.php on line 34