Humain

Déguisé en cotte de mailles pour parler de Jérémie

30 octobre 2021

Cotte de mailles.
Ce type d’armure est constitué de mailles reliées entre elles formant une protection individuelle corporelle. Déguisé avec ça, la cote de mailles peut te protéger le jour de l’Halloween. Par exemple, lorsque quelqu’un veut te décapiter parce que tu crois que le personnel de la santé devrait être vacciné contre la Covid.

Cotte de mailles. Jusqu’en bas des fesses aussi pour stopper les coups bas dans les chenolles si tu associes des mots ensemble. Des mots qu’il ne faut plus dire comme « Tintin au Congo ».

Cotte de mailles. Pour arrêter l’épée qui veut te transpercer le coeur parce que tu discutes de ta position sur la réalité autochtones et les lieux non cédés.

Cotte de mailles d’Halloween, pour amoindrir la lame de la guillotine qui va te trancher la tête si tu nuances ta position sur la décision de la Cour Suprême qui donne raison à Mike Ward dans l’affaire Jérémie Gabriel. Dans notre société de moins en moins civilisée et de plus en plus divisée, les sujets délicats virevoltent sur un chieu de temps! Comme dit la vieille sorcière au bout de la rue, le bâton dans le cul! « Ca chie pis ça chire de partout. Tassez-vous! La vache pisse. Le boeu fouerre!

Mike Ward n’a donc pas enfreint la loi en riant solide, il y a 10 ans, de l’handicap de Jérémie Gabriel. Cinq juges contre 4, de la cours suprême du Canada, ont décidé que « Mike Ward n’a pas choisi de se moquer de Jérémy Gabriel sur la base de son handicap, mais bien parce qu’il est une personnalité publique. Les magistrats ont donc jugé que les blagues de l’humoriste ne peuvent pas être considérées comme de la discrimination en regard de la Charte québécoise des droits et libertés. »

Cotte de mailles! Je suis d’accord avec cette décision.
Pour la liberté d’expression, il fallait que cette décision aille dans cette direction. Le problème. C’est que cette affaire n’aurait jamais dû se rendre en cours Suprême. L’humoriste n’avait pas le choix d’aller jusque là pour défendre cette liberté si chère dans le monde de l’humour. Mais cette affaire aurait dû se régler hors cours. Dans son fin fond d’homme tout de même sensible, Ward sait très bien aujourd’hui que sa blague est allée trop loin. Que l’aiguille de la méchanceté pétait dans le rouge du bons sens de son humour noir Halloween!
La blague? Convaincu qu’il ne la ferait plus comme il l’a fait.
Cotte de mailles sur mon opinion. Légalement, Ward avait le droit de rire de la mort souhaitable de Jérémie , mais moralement, c’est totalement dégueulasse. À vomir des tripes!

Cotte de mailles!
On ne peut toujours bien pas, au nom de l’humour, se décapiter entre nous-autres et trouver ça drôle!
On ne peut toujours bien pas transpercer le coeur d’un enfant handicapé et rire jusqu’à ce que la dignité soit grugée jusqu’à l’os.

Ben oui! La mère de l’enfant-Jérémie s’est avérée la vice-présidente de la bêtise humaine en pensant que son enfant chantait bien. Et surtout, en l’exposant devant le public.
Il chantait mal. Et faux.
Mais Jérémie voulait chanter en public.
Mais encore. Jérémie, ça restait UN ENFANT.

Cotte de mailles! On peut tout dire! Rire des cordes vocales d’un enfant qui sonnent comme une craie grinçante sur un vieux tableau d’école.
Rire de la souffrance humaine d’un enfant. Ca a l’air.
Mais souhaiter la mort d’un enfant handicapé, avons-nous le droit « moralement ?
Même en farce dans une grosse face!
Y’a rien d’humainement acceptable à dire d’un enfant parce qu’il est laid:
« Y’est pas encore mort lui-estie? »

A moins d’avoir une armure en cotte de mailles,
Un enfant meurt en dedans de lui. Pour le reste de sa vie…

Moi. Je serais mort…sous mon armure.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Warning: Use of undefined constant home - assumed 'home' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/customer/www/danielbrouillette.com/public_html/wp-content/themes/rosemary/footer.php on line 34