La Villa Saint-Narcisse

NOUVEAU à LA VILLA SAINT-NARCISSE… Un coin pour se reposer et pour reprendre des forces.  Un nid douillet. Un coin ZEN quand il faut prendre le temps de prendre le temps…Écoutez.

https://youtu.be/UNPi1N1xKYc

 


image

SAINT-NARCISSE de Champlain

Comme la fleur…

st-nar

Bled en plein coeur de la Mauricie.
Là ou l’on retrouve le barrage de Saint-Narcisse,enjambant l’eau vive de la rivière Batiscan. Il s’agit de la plus longue ligne de transmission hydro-électrique de l’Empire Britannique. Son électricité a servi à éclairer les premières rues de Trois-Rivières à la fin des années 1800.
Dans le village aussi, les géologues ont étudié la moraine de Saint-Narcisse. Un ruban de roches sculptant une petite montagne laissée par la mer Champlain, il y a des milliers d’années. Un barrage. Une petite montagne. Des terres et surtout des gens fiers…

barrage_st_narcisse

Une histoire de solidarité

Dans le village de 1800 personnes avec son visage industriel important, le taux de chômage est presque inexistant. Pendant 30 ans, la population a célébré la solidarité. Cette fête a laissé des traces dans le coeur de toute une génération. La mienne.

Avec Claire, nous faisons partie de cette génération de solidarité. Cette génération qui voulait faire sa part pour stimuler l’économie locale du village.

Un soir d’hiver, en 2002, alors que nous nous promenions, sur la rue principale , nous avons frappé à la porte de La Villa Saint-Narcisse; fondée en 1981 par Lucille Brouillette et Jacques Dubreuil.

banner3
Soir de neige en mars…C’est là que toute cette histoire a débuté. Au printemps de la même année, nous sommes devenus propriétaires d’une résidence pour personnes âgées avec nos enfants Ariane et Raphael, nos inestimables complices dans cette aventure. Nous ne savions pas, ni l’un ni l’autre, que le même rêve sommeillait en nous. Claire Bédard dirige aujourd’hui notre maison: La VILLA SAINT-NARCISSE; une entreprise familiale qui fournit de l’emploi à 5 personnes.
Et nous sommes très fiers de cela…

LA VILLA

image
Notre résidence personnelle est rattachée aux 21 unités de La Villa. Nous voulions un projet à dimension humaine. Les parents de Claire, Yolande et Martin, sont demeurés dans notre résidence jusqu’au moment ou nous pouvions en prendre soin.
Les résidents font partie de notre famille… Depuis l’acquisition de notre maison, beaucoup de grands-papas et grands-mamans ont passé un bout de vie dans notre VILLA.
Notre mission: C’est le BONHEUR jusqu’au bout du bout qu’on peu…
Le plaisir, la tolérance, le respect et l’attention aux autres, sont les valeurs qui animent notre raison d’être et nous poussent à s’améliorer toujours.
Evelyne a 100 ans. Elle réside chez-nous depuis la fondation de la maison

 

photo 1

Un coucher de Soleil à LA VILLA
Notre MISSION; Le bonheur jusqu’au bout du bout qu’on peu…
Vieillir c’est apprécier chaque jour et
c’est aussi regarder le soleil se coucher…

 

Chaleureux et convivial
Un projet à dimension humaine
Se parler. Se connaitre. S’entraider et continuer d’être branché sur le monde.

 

SOUVENIRS D’UN VIEILLARD

En souvenir de nos parents…
image
Nous avons choisi la très belle version chantée par le jeune auteur compositeur Alex NEVSKY; interprète de l’année au dernier Gala de l’ADISQ 2014.Il est en compagnie de Stéphanie Boulay. Nous dédions cette chanson à nos résidents. Leurs familles. A la mémoire de nos parents: Rita Cossette et Oscar Brouillette Martin Bédard et Yolande Magny.
A nos familles…A vous!
« un peu de bien embellit vos vieux jours…« 

Merci à nos employés sans qui…Tout ne serait pas possible

750 Principale Saint-Narcisse, 418 328 8173

 

 

 

Lettre publiée le 25 mai 2014

Quand je serai vieux…

Avec les propriétaires des petites résidences pour personnes âgées, l’AQDR des Chenaux et le comité Milieu de Vie, nous avons rencontré le député du comté de Champlain Pierre-Michel Auger au restaurant Les Boissons du Roi à Ste Anne de la Pérade; un endroit magnifique…Nous avons confié nos inquiétudes au représentant du gouvernement qui nous a écouté avec beaucoup de respect, d’attention et de compréhension. Il est parti avec nos inquiétudes…
Le maire de mon village et adjoint préfet de la MRC DES Chenaux , Guy Veillette, participait à la rencontre. Nous avons discuté franchement. Ce que nous avons dénoncé c’est qu’on ne peut pas nous comparer aux grandes résidences SOLEIL ou autres grands manoirs du genre pour personnes âgées en voulant nous soumettre aux mêmes règlements de certification. NOUS , on veut poursuivre notre mission. Avec les règles du gros bon sens. Etre des aidants naturels pour eux. Nous sommes des petits milieux de vie. Nous ne sommes pas équipés pour soigner en grand. Nous voulons juste offrir « des petits soins. » Souffler sur les bobos des fois. Ecouter. AIDER. Nous ne sommes pas contre la certification. Pas contre toutes les formations qu’il faut pour répondre aux urgences. Pas contre les règles primordiales et humaines. Nous ne sommes pas contre ce que nous souhaiterions pour nous-meme.
ET
Nous sommes convaincus qu’on peut aimer nos résidents, vos papas , vos mamans, vos grands parents…très longtemps pour les garder le plus longtemps possible en sécurité, avec nous dans leur petit village. Tant qu’on pourra éloigner leur entrée dans un CHSLD. On le fera. Non pas pas parce que nous n’avons pas confiance à l’institution. Mais pour les garder le plus longtemps dans un milieu de vie normale, familiale et naturel. Comme s’ils étaient dans leur maison. Désengorgeant ainsi le système.
Mais. MAIS encore
Nous dire que la cuisinière qui aide Juliette à ouvrir son pilulier est un acte médical maintenant…
Nous dire que séparer le morceau de viande de Rose aux doigts atrophiés par l’arthrite voudrait dire que je lui donne un soin.
Nous dire qu’il faudra faire appel à un préposé pour déposer les gouttes dans les yeux d’Armande…est interdit si vous n’êtes pas préposé..
Quand Léon va me demander de l’aider à se relever du siège de sa toilette, je vais faire quoi si j’ai pas la formation d’un préposé.
Vous voyez l’image je le sais…


image
« Quand je serai vieux…
S’il m’arrivait d’avoir une faiblesse en me levant de mon fauteuil, et que je tombe à cul plate sur le plancher…
Oubliez le règlement puis aidez moi! Vous saurez comment me relever. Ca vous le saurez.
Et si jamais mon coccyx est fêlé, ce n’est pas parce que tu m’auras aidé. C’est parce que trop fragile, cette fois, j’aurai tombé.
Et ca peut arriver que je tombe…
Ca peut arriver que je pleure…
Ca peut arriver que je répète…
Ou que je te demande de chanter toujours ma chanson préférée..
Ca peut arriver que je te demande de m’aider à ouvrir Ma presse électronique sur ma tablette
Ca peut arriver que je demande ton aide pour marcher ou démêler ma maudite manette de télé.
Je le sais que ca vaut quelque chose quand on se connait. Quand on est plus proche.
Mais dans ta maison naturelle , avec mes vieux amis, garde moi un petit peu encore…
Tant que tu pourras m’AIDER naturellement…
Je préférerai tes gestes aimants à tous tes règlements.. « 

Le Nouvelliste, 26 mai 2014

Les propriétaires sont inquiets pour leur survie- DB

 

image

 

Dernière lettre de nuit à madame Simone,

Madame Simone, nous avons passé votre dernière nuit ensemble. Qui aurait dit ca? Cette nuit, quand la première alarme a sonné, a 11h30, c’est vous qui s’inquiétait en attendant un bruit dans l’appartement de votre voisine, madame Réjane. Vos yeux étaient usés, mais pas vos oreilles. Madame Simone vous étiez souvent aux aguets pour aviser Claire si quelqu’un tombait ou pour détecter un bruit inhabituel dans l’appartement d’une voisine.
Quand CClaire Bédardest arrivée pour aller voir madame Réjane, vous étiez debout , avec votre petit pyjama jaune. Vous étiez là avec votre bonne amie, votre plus grande amie, madame Rose Alice et vous alliez bien. Madame Réjane aussi. Tout le monde allait bien. Même vous madame Simone…
A peine 10 minutes plus tard… A peine quelques minutes avant le coup de minuit.
Vous pesez sur le bouton de l’alarme, mais cette fois, c’est pour vous! Claire, mon épouse et directrice de la maison, se rend dans votre appartement. Trop étrange… Je décide de me rendre dans votre appartement avec Claire
Et vous madame Simone, vous étiez assis sur le bord de votre lit.
Ca ne va pas. Votre souffle est de plus en plus court. De plus en plus difficile.
Et vous vous demandez bien ce qui se passe. De l’angine? Pneumonie? Ca ne va pas. Vraiment pas.

Couchée sur le coté pour essayer de mieux respirer…Mais encore…
En ligne avec la préposée du 911. On nous demande votre age. 91 ans…
Il vous reste un petit bout de souffle pour nous dire: 92 le 6 janvier prochain.
On appelle votre fils Jean Claude? Oui son numéro c’est 418… … Vous soufflez les numéros de téléphone.
Claire va chercher votre dossier pour le remettre aux ambulanciers qui sont sur le point d’arriver tout de suite après les premiers répondants qui n’ont pas tardé eux non plus. Vous êtes dans mes bras madame Simone, et on se demande tous les deux, ce qui se passe…
Votre souffle est de plus en plus court . Vos mots se bousculent entre vos lèvres qui s’ouvrent à peine…
Restez avec nous madame Simone…
Restez avec nous…
Madame Simone… C’est beau madame Simone. Gardez vos forces. Ne parlez plus… Ca va bien aller…Nous sommes avec vous madame Simone…
Une main qui flatte son dos. Sa main dans la mienne. Claire à son chevet…avec la préposée du 911 au bout du fil…
Les premiers répondants étaient là.
Votre fils est arrivé. Votre famille s’en venait.
Non pas d’acharnement aviez-vous souvent dit à vos enfants.
Dans le respect le plus total…De la vie et de son passage le plus normal.
Nous vivions le beau moment de votre départ madame Simone… Presque Minuit sur votre horloge.
Le dernier minuit de votre vie était beau madame Simone…

image
Votre visage est restée beau comme l’ange de Votre Crèche.
Votre bonté est restée intact dans votre visage…
Votre TRAVERSÉE en est une des plus belle que j’ai vue.
Claire était près de vous…Votre main dans la sienne.
Ariane Brouillette ma fille, est venue vous voir dormir pour toujours…Elle vous aimait.
Votre fils était serein. Sa femme aussi…
Les ambulanciers respectueux…Attentifs. Patients
En attendant qu’une de vos filles chéries arrive…
Notre tristesse était d’une grande beauté humaine…
Vous auriez été fière de nous madame Simone…
Fière de nous voir vous regarder et vous trouver aussi belle…
Fière de vos enfants. De vos brus.
Saviez-vous madame Simone?
Depuis que nous possédons la résidence La Villa Saint-Narcisse…
Vous êtes la première qui décède à la maison.
On va se rappeler de votre nuit madame Simone…
Cette nuit ou un petit bout de femme extraordinaire et exceptionnelle , les cheveux blancs frais peignée en plus, est partie sereinement, avec son pyjama jaune,
Cette nuit, ou sincèrement,j’ai fait un pas de plus dans l’apprivoisement du grand départ et ce qu’il devrait être…
Claire tu es une femme exceptionnelle pour nos résidents. Douée toi -aussi d’une patience unique et d’une grande bonté comme celle de madame Simone…Je voulais te le dire avant de m’endormir.

Bonne nuit de madame Simone!


Madame Simone…la suite!

 

Nous pensions bien que votre histoire prenait fin ici madame Simone…Mais non. Vous en aurez surpris plusieurs le jour de vos funérailles.  Juste avant que nous fermions votre cercueil.  Pendant que votre famille vous saluait une dernière fois, votre bru Pierrette,  s’évanouit .  Nous venions tout juste de lui serrer la main. A peine 5 minutes après qu’elle nous ait remercié Claire et moi, de s’être occupée de vous madame Simone, votre bru est tombée dans les bras de vos petits enfants.  Son fils , votre petit fils, l’a accompagné dans l’ambulance où elle est décédée en direction de Trois-Rivières.  ACV sévère.  Votre bru avait juste 63 ans…et encore beaucoup de peine d’avoir perdu son mari, votre fils, il y a 3 ans.

Que votre tendresse soit plus forte que toute cette tristesse… La suite est à vous madame Simone.

 

ON NE SE VOIT PAS VIEILLIR…
https://www.facebook.com/artphotographytips/posts/11236781943248

image

Le 12 septembre 2015

Monsieur Lucien…Infiniment bon

Je ne sais pas si monsieur Lucien aimerait bien que je le vante comme ca aujourd’hui en pleine église
Mais il ne peut pas nous en vouloir de se faire venter par son SOUFFLEUX …
Ca fait que j’ai décidé de prendre son SOUFFLEUX à feuilles et de faire du VENT avec des mots..sur lui!

Le matin du décès de monsieur Lucien
Avec son vieux souffleux à feuilles dans mes mains.
Je pensais au géant qu’il était. A la beauté humaine de l’homme qu’il incarnait.
Il a été, comme nous le souhaiterions tous être un jour…une personne âgée d’une rare exception.
Il vivait dans notre résidence , la Villa Saint-Narcisse, avec Jeannine son épouse.
Depuis 5 ans!
Là.
Jeannine est hospitalisée depuis une dizaine de jours.
Sa hanche a flanché en chutant. Lucien vivait ça aussi dans son coeur.
Il s’occupait beaucoup de « sa Jeannine… »

D’ailleurs. Ayons une pensée pour Jeannine! Nous l’avons visité Jeudi.
Ca va mieux. Surprenant. Dans les circonstances et son état.
Lucien.
Lucien le faiseur de vent…
Il a travaillé jusqu’au bout du bout de ses 87 automnes.
Son rêve…Partir en travaillant.
Son coeur en avait assez de faire des bonds!
En quelques secondes. Lucien a surpris tout le monde.
Il a réussi sa sortie! Comme il le souhaitait tant.
Partir en travaillant. Partir en Lucien! En silence dans le vent de l’été.
En pleine journée de la fête du travail. Imaginez! Son coeur s’emballe.

Lucien s’est dit: Vous dites que je travaille tout le temps, on va célébrer ca en grand. Y’a de la pelouse à faire au Ciel!
Je m’en vais là! Salut nous dit-il!
La nouvelle de son départ nous a un peu trop surpris.
Le matin de son décès, en regardant son « souffleux » j’ai écrit quelques lignes pour épancher la peine qui flottait dans l’air de notre résidence.
Les résidents avaient de la peine. Tout le village a de la peine.
Tout le monde connaissait Lucien

Eglise (6)

Samedi dernier, Y’a une semaine, il était 14h. Moi, Claire et Chopin le chien à nos pieds, nous étions assis avec monsieur Lucien dans sa balançoire en face de la rue. Il se préparait à aller faire sonner les cloches de l’Eglise pour les funérailles de Line Adam. Line, un petit bout de femme. Elle était dans ma classe ¸à l’école du village. Une première de classe. Je m’en souviens. Monsieur Lucien revenait de l’Eglise. IL avait sonné les cloches pour les funérailles de madame Claire Cossette dans l’avant midi. Une paroissienne engagée aussi. Assez occupé notre homme. Souffleux et sonneux!
Ses cheveux bien placés. Ben propre. IL sentait bon. Pas un poil dans les oreilles…
On jasait de la vie. Des cloches. Et de lui. Il nous disait qu’il se sentait moins tought qu’avant… C’était la première fois qu’il nous disait ça monsieur Lucien. Admettons que son dernier été a été assez occupé! Il se donnait des fois un peu trop…

Mais essayez d’arrêter un Lucien!

J’avais le goût de vous partager ce moment intime, pour vous parler de la beauté de vieillir comme monsieur Lucien. Pour sa Jeannine plus fragile, il avait choisi de venir vivre avec nous. D’avoir lâché prise sur les choses pas importantes. Sa belle maison. Et tout ce qui nous retient inutilement dans la vie. Lui. Il était heureux. Il était le bonheur incarné.
Heureux d’être là.
Notre maison était la sienne. L’atelier. La remise. Ca sentait Lucien. Etre occupé! C’était sa santé! Son bonheur. Ce qu’il faisait. Il voulait bien le faire. Et lui, je pense bien que ca le valorisait…
Nous l’avons beaucoup apprécié.

Non pas pour ce qu’il a fait. Mais pour ce qu’il était.
Quand vous serez vieux, je vous souhaite d’être valorisé comme lui… Ca rend plus heureux. Claire et moi en sommes convaincus aujourd’hui. C’est pas parce qu’on a 87 ans qu’on est vieux! On est déjà vieux lorsqu’on ne croit plus au bonheur d’aider, de servir et d’aimer.
Ce cher monsieur Lucien…

En hiver, les bancs de neige grelottaient juste à LE voir apparaitre avec son souffleur, les bancs de neige se disaient, on va se faire grignoter ca prendra pas de temps…
Quand au printemps, la glace s’en prenait à l’asphalte de l’entrée. Le pic à glace se lamentait juste à savoir que monsieur Lucien allait s’en servir toute la journée.!
A l’été, quand les cèdes voyaient arriver monsieur Lucien avec ses ciseaux et son escabeau, ils savaient les cèdres, qu’ils ne leurs resteraient pas une couette de travers sur le top!
Et
Quand à l’automne, les feuille des érables sur le terrain voyaient  arriver monsieur Lucien avec son souffleux, les arbres en shakaient. C’est comme si les feuilles disaient: Ah non… on va se faire se mettre en tas et déchiqueter en compost, ca ne sera pas long.
Lucien 3

En regardant son « souffleux »à feuilles, je pensais à lui.
A monsieur Lucien.
Au vent de son « Souffleux! »
Au vent qu’il dégageait quand il nous parlait avec tellement d’attention
Au vent « drette » qu’il dégageait quand il travaillait avec tellement de minutie…
A tailler la haie parfaitement. Tondre parfaitement. Laver parfaitement.
Aimer les autres parfaitement. Priez dans son cœur parfaitement.
Au vent de fierté qu’il dégageait quand il frottait et faisait briller sa voiture.
Son camion. Son quatre roues! Et son jardin! Et ceci. Et cela….
Au vent qu’il dégageait quand il aidait les autres. Sans préjugés.
Jamais sans préjugés lui.
Au vent qu’il dégageait quand il aimait les autres. Et souvent les plus difficiles à aimer…Il trouvait le moyen de faire rire ceux et celles qui ne se souvenaient pas de l’avoir salué 5 fois sur la galerie!
Au vent qu’il dégageait quand il visitait un malade. Ou quand il prêtait sagement l’oreille au plus grand » chiâleux » de la terre.
Au vent qu’il dégageait quand il regardait les jeunes d’aujourd’hui avec admiration et ouverture.
Au vent de son ouverture sur les hommes et leurs choix.
Au vent qu’il dégageait pour aider et distribuer la popote volante. Pour aider l’Age d’or et tous les clubs sociaux de la municipalité.

P1000212

Au vent qu’il dégageait quand il était un des propriétaires de Télécon et qu’il sautait dans le Fossé avec sa pelle pour creuser avec ses employés!

Le seul rang qu’il existait entre lui et ses employés, c’était le rang de St Pierre. IL se rappelait d’où il venait… Sa simplicité était sa plus grande RICHESSE.
Au vent qu’il dégageait quand il parlait de son unique Jeannine. De sa fille chérie, Ginette, son gendre Gaétan, sa petite fille adorée, Karine et son trésor,la petite Madyson et son papa…
Au vent qu’il dégageait quand il parlait avec fierté de son René; son gars! Et son conjoint Dan. Et de leur condo à Montréal, qu’il avait vu pour la première fois cet été…
« ah c’est beau… le garage c’est propre… » me disait-il;.
Lucien avait remarqué que même votre garage brillait les gars!

Aujourd’hui , Lucien nous demande de prendre des grandes respirations. Avec son sourire. Et son regard qui nous dit de prendre la vie comme elle vient.
Il nous place son « Souffleux à feuilles « dans le visage et nous fait de l’air!
« Ca fait du bien. Prenez-en »

Fais nous du vent! Fais du vent
Fais du vent à Jeannine!
Tes enfants. Tes amis. Ta famille. Ton monde ici rassemblé.
Cher monsieur Lucien. On aura besoin de vent…pour sécher nos larmes.
Je te dirais …secrètement, Claire ta complice à la Villa a bien reçu un petit coup de vent de ta part, qui lui a fait du bien hier! Merci…

fou final 057
Avec toute notre tendresse…
Au nom de tous ceux et celles qui sont rassemblés ici pour t’aimer
Je vais partir ton « souffleux… »Cet automne.
« 3 petits coups sur le choke, pis ca part » me disais-tu
Je vais faire du vent…
Pour faire du vent dans les ailes de ta famille!
Et nous faire du vent dans le coeur.

Monsieur Lucien!

Je vous déclare aujourd’hui comme l’humain
le plus infiniment bon et inspirant que j’ai rencontré à ce jour.
Merci!
Daniel Brouillette

Funérailles de Monsieur Lucien Bergeron.
Saint-Narcisse
Samedi le 12 septembre 2015

J’ai rajouté cette petite vidéo de NOEL 2015. Le père NOEL saluait monsieur Lucien et madame Jeannine à toutes les fêtes de NOEL. J’ai mis la photo de monsieur Lucien sur la lanterne de son père NOEL…
Funérailles: Marie Ange Brouillette
Eglise de Saint-Narcisse-
Samedi 5 janvier 2019
Hommage

_________________________________________

Janvier 2019

LE COIN DU CIEL DE LA PETITE MARIE-ANGE

Bon après midi!
D’abord je veux remercier la famille pour leur invitation
à venir vous parler de Marie Ange.
Celle qu’on a appelé affectueusement…
La petite Marie Ange de la Villa.
Je suis très honoré de ça.
Au nom de Claire, ma conjointe
et propriétaire de La Villa Saint-Narcisse.
Et au nom de toute notre personnel.
Permettez moi d’offrir à
la famille Brouillette et Massicotte,
aux 8 petits enfants,
notre plus vive tendresse.
Et permettez moi aussi de féliciter
les trois enfants de Marie Ange.
Ainsi que leurs conjointes et conjoint
pour avoir été au fil des années,
si près de Marie Ange.
Nous en avons été témoins.
Avec patience et avec beaucoup,
beaucoup d’attention pour elle.
Ils étaient là.
Là quand il fallait y être!
Dans les moment plus difficiles.
Quand la santé de Marie Ange périclitait de plus en plus.

Oui. Claire et tous les employés peuvent bien s’occuper
avec respect d’un résident ou d’une résidente,
mais quand la famille est là
et qu’elle supporte notre équipe,
ça fait toute une différence.
Ce que Louise, Guy et Yvan souhaitaient,
c’est que leur mère demeure à la Villa
le plus longtemps possible.
Et ça. Ils l’ont réalisé avec nous-autres.
Et je pense bien que Marie Ange
serait contente que je vous demande
d’applaudir ses enfants pour ça.

RÉCIT

J’étais seul chez-moi pour soigner un rhume
qui n’en finissait pas de s’étirer.
Bon! C’est toujours plus long chez une homme!
Le 22 décembre, en soirée, la petite Marie Ange
est tombée par terre,
tout près de la porte de notre maison privée.
Et malgré mon masque dans la figure
pour protéger les résidents de mon rhume,
Surpris! Marie Ange m’a reconnu
quand je me suis approché d’elle.
Elle disait:
« Daniel…Daniel… »
Marie Ange avait mal. Très mal.
Je la réconfortais avec l’employée sur place.
Avec les premiers répondants.
Là en attendant l’ambulance.
Et des amis résidents autour d’elle.
Louise était là aussi.
Mais je savais bien que sa hanche gauche avait crashé!
Je me doutais bien d’une fin annoncée pour elle.
Elle me disait encore: « Daniel… Daniel »
Nos regards se sont croisés.
Marie Ange fermait ses yeux.
Elle se préparait déjà…
Encore surpris de voir qu’elle me reconnaissait
derrière mon masque!

Entre nous! Entre elle et moi.
Je savais bien que c’était la dernière fois
que nos regards se croisaient.
Et j’ai souhaité en l’écrivant
le soir même sur ma page Facebook,
que l’Ange de la Crèche de Noel
vienne la chercher!
Souhait de bonne année réalisé.
La petite Marie Ange est partie juste
avant le premier de l’an!
Fin d’année. Fin de vie.
Nouvelle année. Grand départ.
Le matin du jour de l’an,
Claire et moi, on parlait de la petite Marie Ange
Et ce que nous retenons d’elle…
C’est sa douceur! Sa grande douceur!
Sa touchante délicatesse pour les autres.
Nous retenons aussi quelque chose de très important.
Marie Ange appréciait ce qu’on faisait pour elle!
Elle avait une manière de rendre Claire
et les employés importants à ses yeux,
parce qu’ils prenaient soin d’elle.
La reconnaissance,
ca rend les autres encore plus généreux!
C’est peut être parce que Marie Ange
avait déjà été préposée
au Centre d’Accueil de St-Narcisse
qu’elle appréciait tant,
la bonté de ses aidants naturels.

Quand elle était dans sa forme!
Ca marchait vite ce petit bout de femme-là!
Serviable. Aimable.
Toute une dégourdie
que j’ai connue dans le temps de la
Cabane à Sucre!
Finalement…
On va retenir quelque chose de ben le fun aussi!
La petite Marie Ange va rester pour toujours dans nos cœurs
La valseuse de la Villa.
On la revoit encore à la fête de Noel de la Villa.
Se lever ben drette; de sa chaise.
Inviter Louise à danser une valse avec elle!
Et croyez moi!
La petite Marie Ange ne se mélangeait pas
dans ses petits jarrets secs.
Elle savait compter son 1 -2-3 dans la valse.
À 91 ans l’an passé! Elle suivait le rythme encore.
Et Comme ses sœurs, ses frères!
Comme tous les Zin!
Marie ange aimait le plaisir.
Marie-Ange aimait chanter
Marie ange aimait la musique!
Et ça. La musique ça meurt jamais dans le coeur!
Ca résonne pour qu’on se rappelle du monde qu’on aime!

Je l’imagine…
La petite Marie Ange.
Arriver en haut dans un coin du ciel.
Regarder autour d’elle.
Faire un clin d’œil à Alice et Prosper.
Embrassez Pierrette, sa sœur.
Envoyez la main à Ses frères…
Revoir son amoureux.
Son Clovis. Et…
Chanter son refrain préféré
En dansant la valse dans un coin du ciel….

 

Un coin du ciel ou l’on vivra tous deux ma chérie
Un coin du ciel ou l’on s’aimera toute la vie
Mon coeur t’appelle et te réclame jour et nuit
Sois-moi fidèle je t’aimerai toujours, c’est promis.

Merci
Bonne année!
Santé!
Et le paradis de Marie Ange à la fin de vos jours!

 

6 Commentaires

  • Reply หนังโป๊xxx 7 novembre 2019 at 11:28

    Oh mу goodness! Impressive article dude! Many thanks,
    Hߋwever I am having issues wіth your RSS. I don’t understand why I ⅽannot suƅscribe to
    it. Is there anyone else having identicаl RSS problems?
    Anyone that knowѕ the answer can you kindly respond?

    Thanks!!

  • Reply นมใหญ่ 10 novembre 2019 at 1:28

    whoah tһis blog is magnificent i loѵe
    readіng yߋur рosts. Keеp up the great work! You alrеady know, lots of persons are searching
    round for this іnformation, you could help
    them greatⅼy.

  • Reply เกย์ 12 novembre 2019 at 5:23

    Ηello, this weekend is nice deѕigned for me, for the reason that thiѕ point in time i am reading this impгessive educational article here at
    my home.

  • Reply thaiporn 14 novembre 2019 at 12:43

    Very great post. I juѕt ѕtumbled upon your weƄlog and
    wished to say that I’ve truly enjoyed browsіng your blog
    posts. In any casе I’ll be subscrіbing on your rss feed and I hope you write once more very sⲟon!

  • Reply japanxxx 16 novembre 2019 at 7:18

    Hi Deɑr, aгe you rеally viѕiting this web site daily, if so afterward you will absolutely obtaіn nice
    knowledge.

  • Reply ช่วยตัวเอง 21 novembre 2019 at 2:56

    It’s remaгkable for me to have a site, which іs useful ⅾesigned for my knoᴡledge.
    thanks admin

  • Laisser un commentaire