Humain Humain

Mourir de vie

13 septembre 2019

Le jugement de la Cour supérieure du Québec, rendu mercredi, a élargi l’aide médicale à mourir.  La rendant accessible à un plus grand nombre de personnes; plus précisément aux personnes atteintes de maladies  dégénératives comme madameGladu et monsieur Truchon.« Cela va ouvrir les portes du paradis à tous ceux et celles qui souffrent comme moi.» Ce sont les mots de Jean Truchon à la suite du jugement.

Je ne sais pas vous-autres, mais je trouve que la vie est plus belle quand on la traite comme ça.  Et je trouve ces deux humains-là tout simplement merveilleux.Ils ont quelque chose de plus que nous. Plus que moi en tout cas. Et j’espère que les politiciens de la prochaine campagne électorale ne s’embarqueront pas dans un débat de fin de vie avec ce jugement-là. Je n’ose même pas penser qu’on ira en appel avec ce jugement.

MAIS

Aux nouvelles hier, la député libérale, Christine St-Pierre se questionnait. Il ne faudraitpas que ce jugement soit une manière de: « vider les CHSLD et les centres pour personnes âgées »Oh la la! C’est un gros verbe ça. « VIDER. »Mon coeur de propriétaire d’une résidence a fait un grand tour!  C’est correct de se poser des questions.  C’est vrai qu’il faut éviter les dérapes.Mais le verbe « VIDER » dans tout ça, eh ben, il n’était pas nécessaire! Je vais m’arrêter ici pour ne pas trop vider ma pensée. 

Cela dit.

La loi n’oblige personne à demander l’aide médicale à mourir. La loi fait juste dire que tu pourrais te libérer de ton corps ;si ton corps t’empoisonne dans une inconcevable et increvable existence pour le restant de tes jours. Comme madame Gladu et monsieur Truchon.  Et c’est juste toi qui peut demander l’aide médicale à mourir. Y’a personne qui va passer sur un tapis roulant  dans le passage d’un centre d’accueil. Tomber dans un trou au bout. Pour vider la place! 

Est-ce qu’on peut s’entendre sur une chose?

Pour mourir, il faut vivre avant tout. Nous ne sommes pas nés pour attendre la mort. Mais quand ton corps est un cercueil… Et qu’un jour, ta tête est embaumée dans une inconscience totale. Entre mourir de mort ou mourir de vie? Je ne parle pas de mourir EN vie.  

Alors je préfère …« mourir de vie » Que mourir en mort! 

« Mourir  de vie! »*

* Citation du philosophe Grec Héraclite- 480 ans avant JC.

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire